Outils pour utilisateurs

Outils du site


kantuak:ikusten_duzu_goizean

Ceci est une ancienne révision du document !


Ikusten duzu goizean

Paroles / Hitzak

Ikusten duzu goizean,
Argia hasten denean,
Menditto baten gainean,
Etxe ttipitto aintzin xuri bat,
Lau haitz handiren erdian,
Xakur xuri bat atean,
Iturrino bat aldean:
Han bizi naiz ni bakean !

Nahiz ez den gaztelua,
Maite dut nik sor-lekua,
Aiten aitek hautatua.
Etxetik kanpo zait iduritzen
Nonbait naizela galdua,
Nola han bainaiz sortua,
Han utziko dut mundua,
Galtzen ez badut zentzua.

Etxean ditut nereak,
Akilo, haitzur, goldeak;
Uztarri eta hedeak;
Jazko bihiez, ditut oraino
Zoko guziak beteak:
Nola iragan urteak
Emaiten badu bertzeak
Ez gaitu hilen goseak.

Landako hirur behiak,
Esnez hanpatu ditiak,
Ahatxe eta ergiak,
Bi idi handi, kopeta zuri,
Bizkar beltz, adar handiak,
Zikiro, bildots guriak,
Ahuntzak eta ardiak,
Nereak dire guziak.

Ez da munduan gizonik,
Erregerik, ez printzerik,
Ni bezain urosa denik;
Badut andrea, badut semea,
Badut alaba ere nik;
Osasun ona batetik,
Ontasun aski bertzetik;
Zer behar dut gehiagorik ?

Goizean hasiz lanean,
Arratsa heldu denean,
Nagusi naiz mahainean;
Giristino bat ona dut hartu:
Nik emaztea hartzean;
Ez du mehe egunean
Sartuko uste gabean
Xingar hezurrik eltzean.

Piarres nere semea,
Nahiz oraino gaztea,
Da mutiko bat ernea;
Goizean goizik basken erdira
Badarama artaldea;
Segituz ene bidea,
Nola baitu egitea,
Ez du galduko etxea.

Ene alaba Kattalin,
Bere hameka urtekin,
Ongi doha amarekin;
Begiak du, amak bezala,
Zeru sola bezain urdin;
Uste dut denborarekin,
Oraiko itxurarekin,
Andre on bat dion egin.

Ez dugu behar lurrean,
Ongi bizirik etxean,
Utziz lagun gosean;
Ez du beharrak sekulan jotzen
Gure etxeko atean,
Non ez duen mahainean,
Otruntza ordu denean.
Leku bat gure artean.

Ene andrea Maria,
Ez da andre bat handia
Bainan andre bat garbia;
Musu batentzat badut etxean
Nik behar dudan guzia:
Gald'egiten dut grazia,
Dudan bezala hasia,
Akabatzeko bizia.

Traduction

Vous voyez le matin :

Vous voyez le matin,
Quand le jour se lève,
Au sommet d'une colline,
Une maisonnette à façade blanche
Au milieu de 4 grands chênes,
Un chien blanc à la porte,
Une petite fontaine à côté :
Là je vis en paix.

Bien que ce ne soit pas le château,
J'aime mon lieu de naissance
Choisi par les pères de mes pères :
Hors de la maison, il me semble
Que je suis perdu quelque part :
Comme je naquis là,
Là je quitterai le monde,
Si je ne perds pas la raison.

A la maison, je possède
Aiguillons, pioches, charrues,
Jougs et courroies.
J'ai encore des grains de l'an dernier,
Tous les coins en sont pleins :
Si, comme l'an passé,
La nouvelle donne,
La faim ne nous tuera pas.

[J'ai] les trois vaches pour le champ Les mamelles gonflées de lait, Veaux et bouvillons, Deux grands bœufs [au] front blanc , [au] dos noir, [aux] grandes cornes ; Moutons, tendres agneaux, Des chèvres et des brebis, Tout cela m'appartient.

Trois vaches sont en train de paître avec leurs génisses et leurs veaux,
leurs mamelles, de lait remplies. il y a deux bœufs à la tête blanche
et l'échine noire, avec de longues cornes, moutons, tendres agneaux,
chèvres et brebis; de tous, je suis le maître.

Au monde il n'y a homme, ni prince ni roi plus heureux que moi.
J'ai une épouse, une fille, un garçon, bonne santé d'autre part, et en outre
suffisamment de biens. Que peut-on demander d'autre ?

Je commence ma tâche le matin mais quand arrive la nuit
je suis le maître à table. Quand j'ai épousé ma femme
j'ai trouvé une bonne chrétienne. Les jours d'abstinence,
elle ne jettera dans la marmite aucun morceau de lard, même pas par mégarde.

Piarres est mon fils, très débrouillard malgré son jeune âge.
De très bonne heure il mène le troupeau au pâturage.
S'il suit mes pas comme il parait le faire, il ne perdra pas l'héritage.

Ma fille Kattalin, à ses onze ans ressemble à sa maman.
Elle a ses mêmes yeux, on dirait le fond du ciel bleu
Avec le temps je crois, selon ce que je vois qu'elle deviendra assurément
une bonne épouse.

Vivant de façon aisée, nous ne pouvons sur cette terre
laisser un compagnon être affamé. Le besoin ne frappe jamais
à la porte de notre maison, sauf si nous préparons un bon banquet
et qu'il y a une place à notre côté.

Mon épouse María, est une femme travailleuse, pas trop corpulente.
Ayant chez moi des sourires autant que j'en veux, je demande la grâce de finir
ma vie comme je l'ai commencée.

Ecoute / Entzun

Références

kantuak/ikusten_duzu_goizean.1351116217.txt.gz · Dernière modification : 2015/06/27 00:13 (modification externe)

Sauf mention contraire, le contenu de ce wiki est placé sous les termes de la licence suivante : CC0 1.0 Universal
CC0 1.0 Universal Donate Powered by PHP Valid HTML5 Valid CSS Driven by DokuWiki