Outils pour utilisateurs

Outils du site


poemak:agur_herriari

Agur Herriari

Salut à mon village

Paroles / Hitzak

Urrundik ikusten dut, ikusten mendia,
Beraren gibelean baitut nik herria;
Jadanik dut aditzen, zorion handia!
Ezkila maitearen hasperen eztia.

Ezkila, zer ote duk hik egun erraten?
Urrunera zer berri ote duk igortzen?
Mendiak hedoipetik dautek ihardesten,
Hik errana zerura ditek helarazten.

Landako langilea, artzain mendikoa,
Iturriko bidean doan neskatoa,
Aditurik, ezkila, hire boz lainoa,
Otoizten hasi dituk Ama zerukoa.

Nik ere dut otoizten Birjina Maria.
Baserrietan galdu haurren gidaria;
Neretzat otoi dezan ardiets grazia,
Bakean kausitzeko nik egun herria.

Mendiak utzi ditut urrun gibelean,
Herria dut ikusten jadanik aldean.
Zer duk, ene bihotza, saltoka barnean?
Ote duk huts eginen herrira heltzean?

Agur, agur, herria! Agur, sorlekua!
Agur, nere haurreko leku maitatua!
Jainkoak aditurik haur baten oihua,
Hireganat duk haur bat egun hurbildua.

Mendiaren hegitik hartuz zeiharrera,
Iduri xingola bat aldapa behera,
Bidexka, hi xuxen haiz jausten zelaiera,
Xuxen ereman nezak ahaiden artera.

Bide hegiko haritza, bortz aldiz haurrean,
Igandetan mezatik etxera sartzean,
Zenbatez ez nauk jarri, amaren aldean,
Hire adar lodiek egin itzalean!

Baratze gibeleko elorri xuria,
Beti duk begiratzen haurreko tokia.
Hik bezala zertako, aldaska garbia,
Ez diat sorlekuan higatzen bizia?

Bainan nere begitik nigar bat da jausten,
Bozkarioak darot bihotza gainditzen;
Etxekoen boza dut jadanik aditzen.
Jainkoa, darozkitzut eskerrak bihurtzen!

Ezkila, berriz diat bihotzean pena,
Herritik urruntzean bakotxak duena;
Neretzat hik baihuen jo lehen orena,
Agian hik orobat joko duk azkena


Traduction

Je vois au loin, je vois la montagne
Derrière laquelle se trouve mon village…
J'entends déjà, quel immense bonheur,
Le doux soupir de la cloche bien aimée !

Cloche, que dis-tu donc aujourd'hui ?
Quelle nouvelle envoies-tu au loin?
Les montagnes sous les nuages te répondent,
Et renvoient ton message jusqu'au ciel.

Le travailleur des champs, le berger de la montagne,
La fillette qui va sur le chemin de la fontaine,
Ayant entendu, cloche, ta voix sereine
Se sont mis à prier la Mère des Cieux

Moi aussi, je prie la Vierge Marie,
Guide des enfants perdus dans la campagne,
Qu'elle obtienne, de grâce, pour moi, la faveur
De trouver aujourd'hui mon village en liesse

J'ai laissé les montagnes loin derrière ;
Je vois déjà mon village tout près ;
Qu'as-tu, mon cour, à bondir ainsi en moi ?
Me lâcheras-tu à notre arrivé au pays ?

Salut ! Salut, mon village ! Salut pays qui m'a vu naître !
Salut ! Lieu bien aimé de ma jeunesse !
Dieu ayant entendu la voix d'un enfant,
Cet enfant aujourd'hui est venu près de toi.

En t'écartant de la route, par le flanc de la montagne
Tel un ruban qui glisse le long de la côte,
Tu descends, sentier, tout droit vers la vallée
Mène-moi, sans détour, auprès des miens.

Chêne du bord du chemin, que de fois dans mon enfance,
Le dimanche en revenant de la messe à la maison,
Oui ! Que de fois me suis-je assis, auprès de ma mère,
À l'ombre de tes longues branches !

Et toi, aubépine du fond du jardin,
Tu gardes toujours le lieu de mon enfance,
Pourquoi, comme toi, branche pure,
Ne puis-je passer ma vie là où je suis né ?

Mais une larme coule de mes yeux
Mon cour déborde de joie…
J'entends déjà la voix de ceux de ma maison…
Dieu, je vous rends grâce !

Cloche, la peine envahit à nouveau mon cour,
La peine que chacun ressent en s'éloignant du pays ;
Comme c'est toi qui as sonné, pour moi, la première heure,
J'espère que tu en sonneras aussi la dernière.


Ecoute / Entzun

Références

poemak/agur_herriari.txt · Dernière modification: 2015/06/26 23:44 (modification externe)