Outils pour utilisateurs

Outils du site


poemak:solferinoko_itsua

Solferino'ko itsua

L'aveugle de Solferino

Paroles / Hitzak

Harmen hartzera deitu ninduen
gazterik zorte etsaiak
Urrundu nintzen, herrialderat
Itzuliz usu begiak. (bis)

Zorigaitzean baitut ikusi
Solferino-ko hegia!
Alferrikan dut geroztik deitzen
Iguzkiaren argia. (bis)

Nihoiz enetzat ez da jeikiren
Goizeko argi ederra,
Zeru-gainetik nihoiz enetzat
Dizdiraturen izarra. (bis)

Betiko gaua, gau lazgarria!
Begietara zait jautsi:
Ene herria, ene lagunak
Nihoiz ez behar ikusi. (bis)

Ene amaren begi samurrak
Bethiko zaizkit estali,
Maiteñoaren begitarteak
Behin betiko itzali. (bis)

Larrainetako haritz, gaztaina,
Mendietako ithurri:
Horiek oro enetzat dire
Amets histu bat irudi. (bis)

Ene herrian, gazte lagunak
Kantuz plazar dohazi,
Eta ni beltzik, etche zokoan…
Irri egiten ahantzi. (bis)

Oraino gazte, gogoz ez hoztu,
Eta biziak lotsatzen,
Dohakabea! Er eginen dut
Jaunak ez banu laguntzen. (bis)

Ai, aski hola! Jainkoa, barkha!
Begira zure haurrari,
Kontsolamendu zerbeit emozu:
Noizbait duzun urrikari. (bis)


Traduction

La malchance m'a appelé
Jeune à manier les armes.
Je me suis éloigné du village
Me retournant souvent vers lui. (bis)

C'est sur le terrain que j'ai vu
La vérité de Solferino !
Depuis lors, j'invoque en vain
La lumière du soleil. (bis)

Plus jamais pour moi se lèvera
La belle lumière du matin
Jamais du haut du ciel, pour moi,
Ne brillera l'étoile. (bis)

Une nuit éternelle, une nuit de folie
M'est tombé sur les yeux,
Mon peuple, mes amis
Je ne verrais plus. (bis)

Les yeux tendres de ma mère
Me couvrent pour toujours.
Le visage de ma bien-aimée
A disparu à jamais. (bis)

Les chênes des champs, les châtaigniers,
Les sources de montagne,
Tous ont pour moi
disparu comme un rêve. (bis)

Dans mon village, mes jeunes camarades
Chantent dans la place,
Et moi, triste, dans un coin de la maison…
J'ai oublié de rire. (bis)

Encore jeune, toujours conscient,
Et désireux de vivre,
Malheureux ! Que vais-je faire
Si le Seigneur ne m'aide pas ? (bis)

Aie, ça en est assez ! Pardonnez-moi, Seigneur !
Regardez votre enfant,
Donnez lui un peu de consolation,
Prends pitié de lui. (bis)


Ecoute / Entzun

Références

poemak/solferinoko_itsua.txt · Dernière modification: 2015/06/26 23:44 (modification externe)